Silence et ressourcement en Pyrénées
    lieu de retrait dans le silence et la simplicité, décélérer, méditer, décanter, faire le point, se ressourcer, ... .

Lieu de silence et de ressourcement en Pyrénées.

Au lieu-dit Le Castel à Miglos le Lieu de Silence et de Ressourcement en Pyrénées. Nous sommes un lieu de silence et de ressourcement commun, financé, géré et entretenu ensemble sans but lucratif. Nous ne louons pas de chambres ni ne vendons des séjours, randos ou retraites. Mais, si mener une vie pleine de sens et des temps de ressourcement réguliers de retrait dans le silence, la solitude et la simplicité vous sont essentiels pour faire le point, vous êtes les bienvenus.
Prenez tout le temps qu'il vous faut pour étudier les différentes pages de ce site. Vérifiez si vraiment ce lieu vous concerne ? si vous partagez nos valeurs ? si participer vous apporterait plus de bonheur (si non, à quoi bon) ? Contactez-nous si il vous reste des questions.

Un gite associatif ? en Pyrénées? ouvert toute l'année ?

Une vie pleine de sens ?

Spiritualité naturelle ?

Plus d'infos ?


séjours de silence et de ressourcement, spiritualité naturelle.Un lieu de ressourcement associatif géré ensemble

Le Castel est un lieu simple géré et financé en mode participatif.
Nous cherchons par notre vie familiale et professionnelle à intégrer nos talents, ce que nous aimons et ce dont notre famille, groupe d'amis, communauté et pays - en priorité nos propres concitoyens - ont besoin. Besoin, pour que la vie devienne, chez nous, plus équitable et plus solidaire. Changer le monde, commence par changer nous-même.

Notre gite nous offre, durant toute l'année, l'occasion d'y décanter notre vie. D'y (re)prendre conscience d'où nous en sommes par rapport à nos valeurs, idéaux, et le sens de notre vie. De nous y ressourcer.
Par des temps de ressourcement qui combinent simplicité volontaire, balades et retrait dans le silence et le non-faire. Ce qui permet à nos processus corporels  innés de méditation naturelle de resurgir. De décanter notre vie et de ce que nous en faisons, et de (re)prendre conscience = spiritualité naturelle.

En plus il y a la montagne, le calme, la nature. Nous aimons les Pyrénées. Elles nous invitent au repos, à la balade, à la contemplation, à l'étude, à la réflexion, aux retrouvailles avec ce qui nous importe vraiment dans notre vie. Une ambiance de recueillement naturel qui nous offre tout le temps pour nous reposer. Pour faire le point, réfléchir, nous améliorer.

Lors de nos retraites nous gérons nos séjours en commun. Nous ne consommons pas le silence et la simplicité organisés par d'autres. Ensemble nous créons ce silence propice au repos, à la méditation, à la réflexion, voir à l'examen de conscience. Veiller ensemble à  cette simplicité ressourçante est une entraide silencieuse en soi.  Comme en famille heureuse, nous participons tous à l'entretien de notre gite et de son environnement. Ce que nous payons est une cotisation, en rapport avec nos revenus et notre fortune.

 

Une vie pleine de sensUne vie pleine de sens ?

De bonnes relations interpersonnelles, un revenu décent, un but dans la vie = trois aspects nécessaires au bonheur.

Vivre une vie pleine de sens présuppose de développer les attitudes humaines nécessaires à résoudre nos problèmes et conflits existentiels. Inévitables, car ils caractérisent chaque étape de la vie. Tout le monde s'y trouve confronté.
Ces problèmes et conflits sont existentiels. = Notre bonheur dépend de trouver comment les résoudre. Ces problèmes et conflits sont d'abords relationnels, puis aussi sociaux. Ils se présentent sous aspects différents selon que nous soyons garçon, homme en devenir, ou fille, femme en devenir.

Or, pouvoir résoudre les problèmes existentiels de la phase actuelle de notre vie, nécessite l'expérience et les savoir-faire acquis par la résolution des problèmes et conflits existentiels des phases précédentes.
Résoudre nos problèmes d'adulte, nécessite - en plus - des compétences sociales. Que nous ne pouvons développer sans avoir auparavant acquis les attitudes relationnelles nécessaires à résoudre les problèmes et conflits moins complexes des étapes précédentes de notre vie : petite enfance, écolier, ado, jeune adulte, adulte, ... .

Si ces attitudes relationnelles présentent des aspects et contextes différents selon que nous soyons homme ou femme, elles ont tant à voir avec d'une part savoir approfondir nos relations et d'autre part savoir développer notre autonomie. Ces deux aspects se tiennent en balance, se nourrissent l'un l'autre, agissent en synergie. N'avoir suffisamment développé ces attitudes relationnelles = ne pas vraiment avoir résolu les conflits types précédents de notre vie, explique pas mal pourquoi nous continuons à butter sur les mêmes genres de problèmes et conflits.

Quelles sont ces attitudes relationnelles ?

Sans conscience vécue de notre corps et sans curiosité créative comment découvrir l'agréable et éviter le désagréable ? Comme se sentir bien dans le corps que nous sommes ? Bien dans notre peau ? Et, développer notre conscience ?
Sans cette identité avec le corps que nous sommes, sans sens de l'aventure, comment joindre l'utile à l'agréable ? Découvrir le plaisir utile d'être aimable et fiable et le bonheur et le repos de la confiance que l'on reçoit en retour ?
Tout en étant nous-même aimable et fiable, sans avoir développé notre assertivité, comment imposer à l'autre l'aménité, la fiabilité, le respect des règles et de ce qui a été convenu dans nos relations ?
Sans souci des besoins et intérêts de l'autre, comment développer notre sens de la réciprocité, nécessaire à toute collaboration durable ?
Sans pouvoir prendre plaisir à augmenter nos compétences (para)scolaires = aptitudes physiques, intellectuelles, créatives et pratiques, comment continuer à développer notre conscience et notre autonomie ?
Sans plaisir à continuer à développer ces attitudes nécessaires, sans sens de l'humour, comment développer nos qualités d'organisation et de savoir-faire ? Et, de recevoir de l'appréciation en retour ?
Sans savoir guider et accompagner de façon agréable et fiable, sans continuer à développer notre empathie et notre souci du bienêtre de ceux que nous fréquentons, comment découvrir les joies de la loyauté, de l'engagement (par définition durable !), conditions de l'amitié ?
Sans loyauté, sans pouvoir s'engager inconditionnellement, sans apprendre à aimer la complémentarité de l'autre sexe, comment développer notre compétence d'amour durable solidaire, érotique et fidèle ? Comment sans, devenir vraiment Un humain et rêver ensemble de mettre au monde nos enfants créations de notre amour ? Seule situation optimale pour le bienêtre et le développement de nos enfants.

Sans avoir suffisamment développé ces attitudes relationnelles, comment éduquer par l'exemple vécu nos enfants à développer un sens permanent d'honnêteté, de décence et de respect des autres ?

Quelles sont ces compétences sociales ?

Mais nous créer une vie pleine de sens nécessite -  au-delà de ces habitudes de percevoir, de ressentir, de penser et d' agir relationnelles de  collaboration, de loyauté, d'amitié et d'amour  - de développer des compétences sociales.

Développer nos compétences sociales, c'est apprendre à connaitre et manier de mieux en mieux les lois et autres règles de justice qui déterminent nos droits et devoirs en société : code de la route, contrats de travail, de mariage, de location, d'achat, ..., règles déontologiques, de bon voisinage et bien d'autres, auxquels notre vie d'adulte nous confronte.

C'est dans le contexte socioéconomique, juridique et légal existant que nous devrons réaliser notre vie sensée. Devrons choisir et exercer une profession passionnante, créer et développer une famille heureuse. Trouver une voie qui intègre nos talents, ce que nous aimons, ce qui nous intéresse, voir passionne, et qui rend notre milieu - en priorité notre famille, nos proches et nos propres concitoyens - plus humain ? Pour que la vie y devienne plus équitable et plus solidaire. Une voie qui soit en même temps source de revenus nécessaires à financer la vie familiale heureuse dont nous rêvons.

Réflexion critique :

Généralement vers la 40-aine nous commençons a avoir accumulé suffisamment d'expérience corporellement vécue des problèmes et conflits existentiels de l'âge adulte et de leur résolution équitable. De notre pratique et de notre expérience vécue de la société montent dès-lors en nous des questions sur l'organisation équitable et solidaire de notre pays.

Là une compétence sociale supplémentaire devient nécessaire à développer : la réflexion critique du pouvoir sur ce que (re)produisent, voir nous imposent, ceux qui nous gouvernent et orientent notre société. La première tâche de tout gouvernement est bien d'organiser le bienêtre de ses citoyens.
Comment ce qu'ils font, organise-t-il ou non le plein emploi ? la stabilité des prix ? un revenu décent pour tous
Comment ce qu'ils font, développe-t-il ou non l'engagement démocratique des citoyens ? une justice juste ? notre protection ? un enseignement gratuit qui offre à tout un chacun des possibilités d'ascension sociale ? un système de santé et de soins et d'autres services publics performants et accessibles à tous ?
De façon qui favorise la vie en famille heureuse et l'éducation des enfants. Pour qu'ils deviennent à leur tour des adultes honnêtes, décents, qui respectent les autres et savent faire respecter cet intérêt général et ce bien commun ?


 

une vie pleine de sens nécessite des retraites pour faire le pointSpiritualité naturelle, ressourcement, faire le point

Prendre conscience de notre besoin d'une vie sensée surgit souvent lorsque confrontés par la mort de parents, d'amis, ..., qui nous sont plus que chers. Là nous en reprenons conscience que notre vie ne dure qu'un temps. En moyenne quelques 80 années.
S'imposent alors à nous des questions au sujet de notre vie. Au sujet de la vie que nous menons, d'à quoi nous participons = l'essence de toute spiritualité.
Notre vie actuelle nous comble-t-elle au point que vers la fin de notre vie  - d'ici combien d'années encore? - nous pourrons mourir satisfait, content de ce que nous avons été ? Si tous mèneraient une vie comme la notre ? Notre pays serait-il plus équitable et plus solidaire ? Sa relation à la nature, dont il fait partie, plus harmonieuse ?

Trouver notre 'voie' a quelque chose de passif : à quoi notre vie nous invite-t-elle ? Pour apporter à notre modeste niveau - dans notre famille, notre commune, les environnements sociaux dans lesquels nous vivons - plus de justice et d'amour, plus de bonheur ?

Cela nécessite de prendre des temps nécessaires pour faire le point : sur nos idéaux, notre bienêtre corporellement vécu, nos talents, nos attitudes relationnelles, nos compétences sociales, sur nos aptitudes physiques, intellectuelles et pratiques, sur notre formation et notre profession, sur notre vie de famille, notre amour et l'éducation de nos enfants, nos soins pour nos parents vieillissants, ... . Sur comment nous coordonnons tout cela. Sur ce qu'il y a à changer, améliorer, développer, mieux organiser, ... .

L'esquisse d'une vie sensée qui de telles questions vient à nous, nous invite à prendre au sérieux notre vécu - évidemment corporel. Cette prise de conscience corporelle qui évalue notre vie, notre façon de vivre, ce à quoi nous participons etc.. Une vie pleine de sens nous permet de vivre pleinement. Nous invite à régulièrement refaire le point. De nous ajuster selon ce que nous vivons et les défis et changements auxquels notre vie nous confronte.
Cette auto-évaluation nécessite des temps durant lesquels nous nous offrons le repos nécessaire à décanter notre vécu. Un temps journalier, un temps hebdomadaire, mensuel, saisonnier, un temps plus long chaque année. Voir à certains moments une révision de vie.
Ces décantations se font d'elles-mêmes. Il s'agit de processus innés qui surgissent lors de retraits dans la solitude par l'absence de conversations internes et par le non-faire.
Si nous avons perdu conscience de ces processus corporels innés, il peut être utile, voir nécessaire, de prendre le temps plus long qu'il faut pour les redécouvrir. A nouveaux se risquer au silence intérieur et au non-faire, permet à ces processus de redevenir conscients. Et, au fur et à mesure à se réintégrer dans notre quotidien. Ce qui nous apporte plus de présence, plus d'authenticité, plus de compétences relationnelles et sociales.

 

méditation, contemplation, reflexion, actionPlus d'infos :

Séjours de ressourcement découverte.

Redécouvrir la méditation et la spiritualité innées.

Retraite-rando en solitaire comment s'y préparer ?

2 semaines de rando-méditation pour faire le point.

Grande retraite trekking de lac en lac en solitaire, révision de vie.

Liens spiritualité.

Photos du coin plus près et plus loin.

Qui sommes nous ? contact ?

   simplicité volontaire au centre du Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises      retraite, spiritualité, ressourcement, contemplation      Ressourcement spirituel et existentiel vacances retraite